Top3 des mensonges trouvés dans les CV analysés en décembre 2021

Chaque mois, nous découvrons des dizaines de falsifications dans les profils vérifiés pour nos clients. Voici 3 exemples de faux diplômes et faux CV particulièrement marquants parmi ceux identifiés en décembre 2021.

La candidate n’occupe plus le poste “actuel” de son CV depuis 6 mois

Beaucoup de candidates et candidats ne modifient pas tout de suite leur CV ou profil LinkedIn à la sortie d’une expérience. Dans les quelques jours qui suivent la fin du contrat, cela peut se comprendre. 

Mais plus de 6 mois après, cela commence à être gênant. C’est ce qui s’est produit pour une candidate dont nous avons vérifié le profil LinkedIn. Après contrôle, elle avait quitté l’entreprise où elle était supposément toujours en poste 6 mois plus tôt.

La question se pose parfois : est-ce qu’un candidat toujours en poste est plus attractif qu’un candidat libre et donc disponible plus rapidement ? La réponse est probablement que le candidat le plus attractif est celui qui ne ment pas sur sa situation actuelle.

Un spécialiste en cybersécurité, qui ment sur ses 3 diplômes

Un de nos clients souhaitait embaucher un spécialiste en cybersécurité. Un des candidats pour le poste présentait 3 beaux diplômes son son CV, acquis en formation initiale et continue.

Après vérification, il n’était titulaire d’aucun des 3 diplômes en question. Quand on sait que la source numéro 1 des failles en cybersécurité est la malveillance ou la défaillance humaine en interne, c’est plutôt cocasse. Il est même un peu effrayant d’imaginer que ce type de poste puisse être occupé par des personnes n’hésitant pas à mentir sur leurs qualifications.

3 expériences sur le CV, 3 durées de contrats largement rallongées

Après les 3 faux diplômes, les 3 jobs mensongers. Il est compréhensible de ne pas faire figurer les durées de contrat exactes au jour prêt sur son CV. En revanche, lorsque chaque expérience a été significativement allongée, cela devient problématique.

C’est le cas de figure que nous avons rencontré pour un candidat dont nous avons vérifié le parcours, effectué d’ailleurs en Irlande où le background check est un processus beaucoup plus ancré dans les mœurs.

Pour les 3 expériences qu’il a présentées à notre client dans son profil, la durée de poste avait été exagérée de plus de 20%. A ce stade là, la crédibilité du candidat est sérieusement entachée.

Trois exemples parmi de nombreux cas de mensonges que nous repérons sur les CV que nous vérifions ! En moyenne nous constatons que 1 dossier candidat sur 8 contient un écart majeur.

N’hésitez pas à nous contacter pour échanger sur la mise en place d’un contrôle des références de vos candidats.

>