ContrôleDe références, background check, prise de références…Quelles sont les différences ? On vous explique tout !

Ces trois concepts ont pour point commun d’être des démarches permettant de mieux connaître les antécédents d’une personne, que ce soit pour l’embaucher, lui accorder un crédit ou encore un logement.

Mais si ces 3 types d’actions peuvent se recouper ou sembler proches, les finalités et modalités divergent et il est important de bien faire la différence. D’autant plus que la loi est là pour encadrer tout ça. Explications.

Le background check, le concept général de la vérification d’antécédents

Traduit littérairement, background check signifie « vérifications d’ antécédents ». Cette démarche est très reconnue du grand public dans le monde anglo-saxon (d’ailleurs, une page wikipedia y est consacrée, mais en anglais seulement).

En France, la notion d’antécédents évoque plutôt la vérification de l’existence d’un casier judiciaire. Pourtant le background check est bien plus que cela.

Un background check intervient principalement pendant un processus de validation d’un dossier : recrutement, location immobilière crédit ou autre. Il sert à valider l’exactitude des informations qui ont été communiquées.

Il s’agit donc de vérifier que le candidat a bien obtenu le diplôme qu’il a prétendu avoir, bien occupé un poste pendant la période annoncée ou encore clarifier un motif de fin de contrat. Et bien sûr confirmer l’identité de la candidate ou du candidat. Les procédés de vérifications vont du traitement de données en ligne à la validation des références des candidats par téléphone.

La vérification d’antécédents judiciaires est quant à elle autorisée seulement dans certains cas précis et uniquement par les personnes habilitées.

La prise de références : répandue, utile, mais pas suffisante

Beaucoup plus connue du grand public, la prise de référence consiste quant à elle à solliciter une recommandation de la part d’un ancien employeur.

Généralement, au cours du processus de recrutement, il est demandé à la postulante ou au postulant de donner les coordonnées d’un manager précédent, pour que celui-ci soit contacté et donne son ressenti sur la personnalité professionnelle du candidat.

S’il est toujours rassurant de savoir que d’anciens managers se sont montrés satisfaits du travail accompli, il faut bien garder en tête que nous sommes sur une approche teintée de subjectivité. Nous connaissons tous des managers avec qui la relation fonctionne plus ou moins bien, ce qui n’a pas forcément de rapport avec nos qualification ou notre professionnalisme.

Sachant que bien entendu, un candidat donnera toujours les coordonnées d’une personne avec qui elle ou il s’entendait bien. Quand ce ne sont pas carrément les coordonnées d’un ami qui sont données, ancien manager ou pas.

Le contrôle de références : la vérification de la transparence et la loyauté

Enfin, le contrôle de références, dans le cadre de la recherche d’un emploi, est une démarche qui consiste à vérifier si le candidat n’a pas menti sur les informations communiquées au recruteur, principalement via le CV.

Diplôme réellement obtenu, dates et intitulé de poste, motif de fin contrat : le contrôle de ces références consiste à mener l’enquête pour s’assurer qu’aucune information mensongère ne servira de base à un potentiel recrutement. Cette vérification se fait soit via l’analyse de données en ligne, soit en contactant directement des référents dans les entreprises ou les écoles, qui ne sont généralement pas d’anciens managers.

Il est à noter que le contrôle de références est strictement encadré par la loi, aucune vérification ne peut être menée sans l’accord préalable du candidat.

On peut donc dire que le contrôle de références d’un candidat est une démarche de background check appliquée au recrutement.

Quand on sait que 65% des CV sont mensongers, et qu’un candidat sur 8 présente un mensonge important dans sa candidature, le contrôle de référence semble un outil incontournable pour avoir un aperçu impartial et objectif de la transparence et la loyauté du candidat dans sa démarche.

Avec notre solution de vérification de CV, nous contrôlons pour vous les diplômes et expériences de vos candidats en 48H. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

>